20 février 2006

Pour commencer

Salam Aleïkoum ! Shalom ! Paix à tous ! Peace ! Namasté !

Les temps sont devenus si confus que je pense qu'il est de mon devoir de m'exprimer en conscience, fut-ce sur un blog anonyme, jeté comme une bouteille à la mer. Et d'apporter mon humble témoignage. Car j'ai été formé dans un camps islamiste, j'ai connu bien des frères exaltés, morts en Algérie et en Bosnie, j'ai partagé la vie de djihadistes. Ma vie s'est orientée autrement, grâce à la philosophie, à la littérature, à la spiritualité, bref grâce à la culture. Je pense que mon témoignage peut être intéressant. Qui sait ?

La situation actuelle est révoltante, tant par les amalgames qu'elle génère, la simplification à outrance des médias, mais aussi la récupération de l'Islam par les soit-disants autorités, imams, intellectuels qui perpétuent un islam normatif archaïque, traditionnaliste et rétrograde, incapables qu'ils sont de se projeter dans le monde contemporain et futur. Où qui n'ont de moderne que l'adhésion à la technique et non au droit. Incapables de remettre en cause les nombreux tabous, archaismes, balivernes et médiévismes qui inhibent le souffle créateur de cette religion. Ces irresponsables sont confortés dans cette légitimité par les politiques et les médias, mais aussi par des islamophiles béats, ou militants qui cautionnent ces (ir)responsables musulmans, comme victimes, ou perpétuent la vieille haine de soi qui se projettent des paradis orientaux de substitution ou de vieux rêves révolutionnaires inassouvis.

Je pense qu'il est de la responsabilité des musulmans de s'exprimer, de dire leur réalité et leur vécu, de ne pas le laisser dire par des ambitieux, des tartuffes et des rétrogrades. Je pense ainsi faire mon devoir. Même si cela ne plaira pas à tous mes coreligionnaires. A Dieu ne plaise, d'autres se reconnaitrons !

.......................

Préliminaire

Je suis musulman et condamne en mon âme et conscience toute violence, toutes les abominables violences commises au nom de l'Islam. Elle constituent des offenses terribles pour cette foi, et des déviations pathologiques graves et impardonnables, des crimes et des atteintes à l'intégrité humaine qui sont injustifiables et indéfendables. Les criminels qui exécutent, égorgent, font exploser leurs bombes-suicides au milieu des innocents sont des malades pris au piège d'une spirale sectaire perverse, qui relèvent de la justice et de la psychiatrie et non de la religion.

Je considère que la modernité est une chance pour les musulmans, en ce sens qu'elle constitue une amélioration générale de l'expression des droits humains, de la situation des pauvres, des victimes, des handicapés, des minorités. Qu'elle permet l'expression de tous, la liberté de conscience et de religion, la liberté de la presse et d'association, la reconnaissance des personnes.Même si cette modernité est critiquable, et elle l'est, on n'encourt en le faisant aucune fatwa, et aucune condamnation à mort. On peut se battre pour l'améliorer sans finir dans les prisons secrètes. Par ailleurs la modernité met en valeur une qualité qui n'est pas en contradiction avec la foi : le doute. Celui-ci peut être inspirant, et exiger de nous plus de lucidité, de vérité et de clairvoyance. Là ou il n'y a plus de doute, il y a sclérose. Là ou il y a sclérose, il y a la peur de l'autre.

Toute évolution en terme de droits humain qui protège les plus faibles est essentielle. L'Islam porte également ce message en son coeur. Ceux qui l'ont enfermé dans une expression archaique, et ont bloqué son évolution se sont enfermés eux-mêmes dans une haine de l'autre qui un déni de toute spiritualité et religion. Ils portent la responsabilité de la dégénérescence actuelle, et du manque d'éducation des masses musulmanes.

Les personnes sont des être libres dans leur choix de conscience et de religion. La possibilité de changer de foi et de religion, ou de devenir athée, si leur conscience et leur conviction le leur dicte est un droit inaliénable. Il faut cesser les pressions infâmantes, les attaques et les agressions envers les personnes qui cessent d'être musulmanes. La modernité est une occasion exceptionnelle offerte à toutes les religions pour reconnaitre la valeur des autres foi, voir d'être interpellée par elles, et en particulier par les incroyants et les athées. L'Islam doit accepter que le monde ne lui est pas dû au sens profane, qu'il ne doit plus chercher à le conquérir en rabaissant les autres croyances. La tradition musulmane reconnaissait les "hanifs", les chercheurs spirituels, pourquoi les a-t-elle expulsé de sa réalité ?

Les femmes sont des personnes, avant d'être des mères ou des soeurs. Le voile n'est certainement pas une obligation, ou alors mérite de passer définitivement aux oubliettes comme l'esclavage ou les concubines !  Mais les nostalgiques des moeurs bédouines ne me gènent pas avec leurs accoutrements parfois de bel effet : je leur demande seulement d'avoir l'air plus heureuses, pour témoigner de leur condition de femmes épanouies. Le plus souvent elles font des têtes d'enterrement ! Les hadiths et les traditions qui donnent une image des femmes comme des êtres minorisés, stupides, soumis, sournois ou que sais-je, méritent aussi rien moins que d'être abrogés par des commissions mixtes de théologiens et théologiennes ( ça existe ?) !

Il faut lever le couvercle malsain de la frustration sexuelle généralisée qui prévaut dans le monde arabo-musulman.  Il y en a marre de cette ambiance malsaine qu'on trouve au maghreb et dans le monde arabe en particulier concernant la sexualité. La "hshuma", la honte, empoisonne la vie de tous et des jeunes gens avec une intensité digne des pires époques victoriennes. Une tension intenable d'insatisfaction sexuelle, souvent compensée dans l'homosexualité honteuse tenaille des millions de jeunes. Les obstacles économiques au mariage, la contraintes archaique de la virginité, la promiscuite, l'atmosphère de pruderie et d'hypocrisie bloque l'épanouissement sain des corps et des esprits. Un baiser, un enlacement ne sont pas des abominations ! Qu'une femme montre ses bras, son cou, ses cheveux, ses cuisses, ses reins ou ses seins à la piscine ou à la mer n'a rien de honteux ! La beauté des femmes était exaltée par le prophète, et elle est saine pour les hommes. Les moeurs ont évoluées, et les codes également. Il faut restaurer un bon sens, un goût de la vie et de la sexualité positive que les musulmans ont connu en d'autres temps !

.....................

1 - Je ne suis ni théologien, ni imam, ni juriste musulman. Je suis un simple croyant, qui a la foi musulmane, dans un sens proche d'Ibn Arabi, proche de tous croyants, de tout frère humain, quel qu'il soit : athée, animiste, chrétien, bouddhiste...Je vis un Islam vivant et riche qui me relie au monde et aux autres, qui accepte la diversité des croyances et des incroyances, qui rejette la violence, et considère que toutes les créatures, animées ou inanimées en apparence, chacune à leur manière, aspirent à célébrer la Beauté de cette Création.

2 - Je crois pas que l'Islam soit fini et clos. Il est une religion vivante et évolutive, qui doit s'enrichir et s'adapter aux temps, tout en conservant les axes essentiels et fondamentaux de son message. L'Islam peut s'enrichir de son statut minoritaire dans les pays d'occident et d'ailleurs - n'oublions pas l'Asie, s'enrichir même d'échanges avec les chrétiens, juifs et autres. Quand je dis s'enrichir je ne parle pas d'une cordialité et d'une tolérance de principe, mais réellement d'une fécondation intérieure. Le sens de la personne, si important dans le christianisme mérite par exemple de questionner et de fertiliser la théologie musulmane, comme la richesse spirituelle de l'hindouisme...Je trouve des enrichissements à ma foi aussi bien dans les différentes traditions soufis du monde musulman, que dans les traditions des autres religions ou philosophies. Même les peuples aborigènes m'enrichissent et témoignent à leur façon de leur relation avec l'univers et la création ! 

3 - Je trouve que les musulmans en général ont une ignorance incroyable des autres religions, de ses soeurs sémitiques en particulier, sans parler de l'hindouisme et du bouddhisme ! J'ai connu pourtant des musulmans ouverts comme Mamadou Dia du Sénégal par exemple, qui s'était fait un devoir d'étudier le christianisme, son histoire et ses théologiens, mais également les autres religions, en se proposant d'enrichir l'Islam d'ouvertures et d'influences positives. Le musulman d'aujourd'hui peut même commencer à étudier l'Islam dans sa diversité : des courants du schiisme, aux minorités comme les ahmadyia ou les kurdes, et les centaines de confréries. Il y découvrira, loin des traités médiévaux distribués par l'Arabie Saoudite, une religion riche de courants multiples, de filons précieux et inspirants. Il y trouvera également, comme partout, des crispations radicales, des extrémismes, des périodes d'obscurantisme et d'oppression. Il pourra alors mieux faire le tri ! Il faut enfin en firnir avec l'attitude de mauvaise foi de nombreux musulmans envers les chrétiens et les juifs. Il est offensant de considérer qu'ils puissent avoir falsifié leurs écritures, ou sont affligés de je ne sais quelle malédiction. Nos frères chrétiens ont une foi digne de respect.

Posté par Mouslim21 à 01:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pour commencer

Nouveau commentaire